i1eab74b0-18d5-11e5-be33-9e7bedc410f7_web_scale_0.5761719_0.5761719__ 1f315a1c-18d5-11e5-be33-9e7bedc410f7_web_scale_0.5761719_0.5761719__ 1f841d06-18d5-11e5-be33-9e7bedc410f7_web_scale_0.5761719_0.5761719__ 1fd89af2-18d5-11e5-be33-9e7bedc410f7_web_scale_0.5761719_0.5761719__

 

Magnifique concert à la Maison de la Poésie de Namur pour la Fête de la Musique ! Rendez-vous le 22/8 à Obourg (Mons) dans le cadre de Mons 2015 ! Bel été !

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20150622_00667474?pid=2322746

C’est à la Maison de la Poésie de Namur que la Fête de la Musique s’est clôturée dans la corbeille. Sur scène, l’Âme des Poètes, le trio jazz bien connu formé de ces orfèvres en art musical que sont Jean-Louis Rassinfosse, Fabien Degryse et Pierre Vaiana. Avant ça, la Maison de la Culture avait vibré en mode soul, blues et salsa.

La Fête de la Musique, c’est aussi aller à la rencontre des musiciens. Leur parler, les encourager, les féliciter, demander des autographes, acheter leurs disques et surtout les écouter dans leur art. Cette proximité, c’est le sel de cette fête.

Cela dit, certains parlent avec le public même lorsqu’ils sont sur scène. Et parfois, ils s’adressent beaucoup à son auditoire. C’est le cas de Marc Lelangue, en boutade, un confrère photographe me lâche: «Tu vas voir, Lelangue, il cause autour qu’il ne joue».

Effectivement, le bluesman a la faconde humoristique bien nourrie. Il raconte ses morceaux avec la gouaille d’un Jean-Luc Fonck qui croiserait les délires d’Arno. C’est très belge, c’est goûteux, comme la musique qu’il donne à entendre. Un trio bien au point, au plus proche du blues et de ses racines.

Après un intermède salsa des plus vitaminés dans la salle du foyer, c’est au tour de Milla Brune de s’emparer de la grande scène. Voix belle et ample, elle séduit son public. Un peu trop calme pour certains, trop linéaire. Qu’importe, la qualité est là, irréprochable.

De qualité, il en est aussi question avec le trio l’Âme des Poètes. Changement de cadre, nous sommes à la Maison de la Poésie. La guitare de Fabien Degryse, la contrebasse de Jean-Louis Rassinfosse et le saxo de Pierre Vaiana sont là pour réinventer les grands classiques de la chanson française en version jazz. Un beau final devant une salle bien comble dont on avait ouvert une des portes pour faire profiter un public plus large. Un bon moment, encore.